L’épilateur électrique

L’épilateur électrique

Autrefois comparé à un instrument de torture, l’épilateur électrique a aujourd’hui bien changé. Muni de différentes options, l’appareil offre une épilation moins douloureuse et permet l’arrachage des poils les plus courts.

Comment utiliser l’épilateur électrique ?

L’épilateur électrique arrache les poils à la racine sans s’attaquer au bulbe pileux. Il est muni de pinces à épiler miniatures et d’une tête micro-contact qui pivote pour suivre les courbes du corps. Idéal pour les jambes, il est doté d’un accessoire spécial pour épiler les zones sensibles (aisselles, maillot). En aucun cas, il ne doit être utilisé sur le visage.

Pour une épilation efficace, l’épilateur doit être utilisé sur une peau propre et sèche dont les poils ne dépassent pas 10 millimètres. L’idéal est de prendre une douche chaude avant l’épilation pour ouvrir les pores et ainsi faciliter l’accès aux poils.

Avant toute utilisation, l’épilateur électrique doit être désinfecté à l’aide d’un coton imbibé d’alcool à 70°C.

L’épilation s’effectue dans le sens inverse de la pousse du poil pour éviter l’apparition de poils incarnés. L’appareil doit être tenu perpendiculairement à la peau pendant toute la durée de l’opération. La main restée libre tend la zone à épiler pour que l’épilateur atteigne le plus de poils possible.

Avec l’épilateur, les poils repoussent plus fins et ne réapparaissent pas avant 2 ou 3 semaines.

L’épilation électrique laisse généralement des rougeurs sur la peau. Mieux vaut donc s’épiler le soir pour qu’elles puissent disparaître pendant la nuit. L’application d’une crème hydratante après-épilation (sans alcool) permet également de les atténuer.

Quelles options pour l’épilateur électrique ?

Les épilateurs électriques ont l’avantage d’épiler les poils les plus courts. Pour maximiser leur efficacité, un système de réglage de vitesse est présent sur certains modèles : la vitesse maximale permet d’éliminer les poils épais, la vitesse minimale, de retirer les poils fins.

L’utilisation de l’épilateur électrique est relativement douloureuse. Pour réduire cet inconfort, plusieurs systèmes anti-douleurs ont été mis en place par les constructeurs.

L’option massage consiste à poser des billes qui détendent la peau avant le passage des pinces. Une seconde intègre un souffle d’air continu qui calme la douleur tout au long de l’épilation. Une troisième option permet une épilation sous l’eau, dont le pouvoir apaisant détend la peau et dilate les pores. Enfin, une dernière solution consiste à fixer une cartouche, préalablement laissée au réfrigérateur, à l’épilateur électrique pour anesthésier la peau.

D’autres fonctions ont été mis en place pour rendre l’appareil électrique plus pratique. L’accessoire zones sensibles réduit le nombre de pinces visibles et permet une épilation précise des aisselles et du maillot. Certains épilateurs sont également munis d’un éclairage intégré pour ne rater aucun poil.

En affaiblissant les poils, l’épilateur électrique favorise leur pousse sous la peau. Pour l’éviter, rien de mieux qu’un gommage. Certains appareils sont aujourd’hui dotés d’une tête exfoliante qui prépare la peau à l’épilation et favorise une repousse nette.

Il existe également des épilateurs multifonctions, accompagnés d’une tête de rasage et/ou d’un accessoire tondeuse bikini.

Avec ou sans fil électrique, les épilateurs électriques peuvent être utilisés partout, à n’importe quel moment. Certains épilateurs sont même dotés d’une batterie rechargeable supérieure à 30 minutes, idéale pour les voyageurs ou les vacanciers.

Epilation à la cire

Epilation à la cire

L’épilation à la cire arrache les poils à la racine, laissant la peau douce pendant environ 3 semaines. Grâce aux multiples déclinaisons de cire (cire froide, cire chaude, cire tiède, cire orientale), cette méthode s’adapte à tous les types de peaux et à toutes les zones du corps. Pour choisir la méthode adaptée à vos besoins, suivez le guide.

Préparer sa peau à l’épilation

Avant toute épilation à la cire, il est nécessaire de préparer sa peau. Un gommage régulier permet d’éliminer les cellules mortes et ainsi d’éviter les poils incarnés. Une bonne hydratation est également essentielle puisque la cire a tendance à se casser sur une peau sèche.

L’application de la cire doit se faire sur une peau propre et sèche. L’idéal est de prendre une douche avant l’épilation pour éliminer toute trace de déodorant ou de crème hydratante et d’attendre que la peau ne soit plus humide avant de commencer. En cas de transpiration, le talc permet d’éliminer l’humidité notamment au niveau des aisselles.

La cire chaude ou tiède

L’épilation à la cire chaude est la méthode la plus efficace : la chaleur que la cire procure ouvre les pores et facilite la sortie des poils. Elle se présente sous forme de pot à réchauffer au micro-ondes ou de roll-on électrique chauffant. Pour éviter le risque de brûlures, il est possible d’utiliser une cire tiède, vendue sous forme de billes de résine. Ces deux cires peuvent être utilisées sur les jambes, les aisselles et le maillot.

La cire chaude dilate les vaisseaux sanguins. Elle est donc déconseillée aux femmes enceintes, aux peaux sensibles et aux personnes atteintes d’insuffisance veineuse et/ou de varices.

Avant d’appliquer la cire chaude ou tiède, il est important de vérifier sa température sur le poignet. Voici le processus d’application de la cire chaude avec et sans bandes.

Dans le cas d’une épilation sans bandes :

  • déposer un peu de cire dans le sens de la pousse des poils,
  • appuyer la spatule sur la cire et attendre qu’elle ne s’y accroche plus puis arracher d’un coup sec dans le sens inverse de la pousse des poils.

Dans le cas d’une épilation avec bandes :

  • déposer une bande de cire dans le sens de la pousse des poils,
  • poser la bande de tissu sur la cire, appuyer quelques instants puis arracher d’un coup sec dans le sens inverse de la pousse des poils.

Les résidus de cire, peu nombreux lors de l’épilation à la cire chaude, peuvent être éliminés grâce aux lingettes d’huiles essentielles hydratantes généralement incluses dans le kit.

La cire froide

Ne nécessitant pas de préparation, l’épilation à la cire froide est la méthode la plus pratique et la plus rapide. De toutes les tailles et de toutes les formes, les bandelettes toutes prêtes sont idéales pour s’épiler ou faire des retouches en cas d’imprévus.

Adaptées aux jambes, aux bras, au maillot et au visage (pour éliminer un duvet),  la cire froide adhère moins aux poils que la cire chaude. Ainsi, elle est peu efficace sur les zones où le sens du poil n’est pas homogène (les aisselles) ou sur les petites zones qu’il faut ensuite retravailler à la pince à épiler.

Réutilisables plusieurs fois, les bandes de cire froide doivent être chauffées entre les mains avant de procéder à l’épilation.

L’application se déroule ensuite de la manière suivante :

  • détacher le papier protecteur,
  • appliquer la bande dans le sens du poil,
  • appuyer quelques instants sur la bande,
  • retirer d’un coup sec dans le sens opposé à la pousse,
  • éliminer les résidus grâce aux lingettes.

La cire orientale

L’épilation à la cire orientale est la solution la plus naturelle. Facile à réaliser chez soi,  cette cire ne contient que des produits naturels (eau, sucre, miel, citron), réduisant le risque de réactions allergiques. Elle est moins douloureuse que les autres cires et s’adapte ainsi à toutes les peaux et à toutes les zones du corps. Sa teneur en sucre et en miel procure une action exfoliante sur la peau qui permet de diminuer le risque de poils incarnés.

Cependant, l’utilisation de la cire orientale nécessite de l’entraînement avant d’obtenir un résultat impeccable. Adhérant moins bien que la cire chaude, la cire orientale doit être maintenue tiède. Si elle est trop froide, elle sera difficile à malaxer, si elle est trop chaude, elle n’adhérera pas suffisamment aux poils.

Il ne reste plus qu’à suivre les instructions ci-dessous :

  • passer les mains sous l’eau pour que la cire ne colle pas.
  • prendre un morceau de cire et lui donner une bonne consistance en l’étirant 5 à 6 fois entre les deux mains. Si le résultat est trop dur, il suffit de passer la main libre sous l’eau.
  • rassembler la boule de cire dans une main, l’étaler du bout des doigts dans le sens de la pousse des poils sur la zone à épiler.
  • sans attendre, tirer d’un coup sec dans le sens inverse de la pousse.
  • reformer une boule et recommencer.

Lorsque la boule est trop molle ou lorsqu’elle est pleine de poils, il est nécessaire de la changer. Après l’épilation, les résidus de cire orientale peuvent être éliminés à l’eau.

Rasoir et crème

Rasoir et crème

Alors que certaines femmes optent pour l’épilation à la cire, d’autres privilégient le rasoir ou la crème dépilatoire. Idéales pour les femmes douillettes ou pressées, ces deux méthodes permettent une épilation rapide et sans douleur. Vous retrouvez une peau douce en un éclair.

Le rasoir

Le rasoir est une méthode d’épilation rapide et indolore, qui coupe le poil à la racine sans toucher le bulbe. Le rasage renforce le bulbe pileux, augmentant ainsi la densité et la rigidité des poils. Il doit être renouvelé fréquemment puisque la repousse ne prend que quelques jours.

Il existe 2 types de rasoirs.

Sur secteur, à piles ou rechargeables, le rasoir électrique peut être utilisé sur une peau sèche ou mouillée selon les modèles. Facile d’utilisation, il est muni d’une grille qui protège la peau des coupures et des poils incarnés. Idéals pour les peaux sensibles, les rasoirs électriques durent longtemps.

Le rasoir manuel est doté de lames qui permettent une coupe au plus près de la peau. Il s’utilise sous la douche ou dans le bain sur une peau humide. Suivant les modèles, les rasoirs jetables peuvent disposer d’une ou plusieurs lames (5 maximum), d’une tête pivotante et/ou d’un gel intégré. L’application d’une mousse à raser permet une meilleure glisse du rasoir et limite les risques d’irritation.

Qu’ils soient électriques ou mécaniques, les rasoirs permettent d’épiler les jambes et les aisselles. Le maillot peut également être rasé si la peau n’est pas trop réactive.

Les aisselles sont rasées à la verticale, vers le haut et vers le bas, car la pousse n’y est pas homogène. Le maillot se rase toujours dans le sens du poil. Il est conseillé de ne pas passer plusieurs fois au même endroit et de ne pas lésiner sur la crème à raser. Pour les jambes et les cuisses, le rasage manuel s’effectue dans le sens de la pousse puis à rebrousse-poil pour minimiser les irritations. Terminer par les zones difficiles (chevilles, genoux) permet de réduire le risque de coupures.

En coupant les poils, le rasoir gomme la peau et réduit ses défenses naturelles. Il est préférable de se raser le soir pour protéger la peau d’éventuelles agressions.

La crème dépilatoire

Sous forme de mousse, de crème ou de brume, un produit dépilatoire contient des actifs qui attaquent la kératine pour dissoudre le poil. Ainsi ramollis, les poils tombent d’eux-mêmes. Grâce à sa formule douce, le produit évite l’apparition de boutons.

La crème dépilatoire est conseillée aux femmes dont les poils sont fins et peu nombreux. En cas de poils épais et drus, mieux vaut se tourner vers une autre méthode d’épilation.

La crème dépilatoire convient à toutes les zones du corps (jambes, aisselles, maillot) excepté le visage. Potentiellement responsable de réactions allergiques, elle doit être testée sur une petite zone avant de pratiquer l’épilation complète. Elle ne doit en aucun cas être utilisée sur une peau lésée (eczéma, psoriasis, coupures…).

La crème s’applique généreusement sur une peau propre et sèche. Indiqué sur la boîte, le temps de pose doit être respecté avant de retirer la crème et les poils à l’aide d’une spatule. La zone épilée doit être rincée abondamment ; un reste de crème pourrait entraîner unebrûlure.

La crème dépilatoire ne détruit pas le poil à la racine. Les poils repoussent plus noirs, plus drus et réapparaissent en 4 à 6 jours

transpiration au quotidien

transpiration au quotidien

La transpiration est un phénomène naturel et nécessaire pour réguler la température du corps. Toutefois, elle peut s’avérer gênante lorsque les bactéries s’en mêlent. Les bactéries s’installent volontiers dans les endroits chauds et humides, notamment au niveau des aisselles. En absorbant la sueur, elles produisent des composés chimiques malodorants, responsables des auréoles et des mauvaises odeurs. Pour limiter les effets de la transpiration, voici quelques règles d’hygiène de vie à suivre au quotidien.

Une hygiène parfaite

 

Pour lutter contre la transpiration, premier réflexe : se laver tous les jours. Prendre une douche permet d’éradiquer les bactéries et de limiter les mauvaises odeurs. Le rasagevient compléter son action en éliminant les poils, véritables nids à bactéries. Et pour rester fraîche toute la journée : on applique un déodorant !

 

Une alimentation adaptée

Pour limiter la transpiration, il faut éviter les aliments qui ont tendance à réchauffer le corps (viandes, œufs, oignons, épices, fromage, etc), et surtout, réduire sa consommation d’alcool, de tabac et de café. Plus généralement, on « évite » une alimentation trop riche en sucres et/ou en graisses qui oblige l’organisme à transpirer pour éliminer les toxines.

 

Des vêtements qui « respirent »

Pour éviter de transpirer, l’idéal est de porter des vêtements amples et légers, constitués de fibres naturelles telles que le coton ou le lin. En période de grosse chaleur, on oublie tous les vêtements synthétiques qui empêchent la peau de respirer. Pour les pieds, on privilégie les chaussettes en coton et les chaussures en cuir.

 

Lutter contre le stress

Face à des stimulis émotionnels comme l’anxiété ou la peur, l’organisme réagit en produisant de la transpiration : c’est ce qu’on appelle communément les « sueurs froides ». Pour éviter ces désagréments, veillez à lutter contre le stress au quotidien, notamment en pratiquant une activité sportive. Phytothérapie, aromathérapie, compléments alimentaires : de nombreuses solutions sont également disponibles dans notre Pharmacie des Fontaines. Nous vous conseillons

Lutter contre la transpiration

Lutter contre la transpiration

Auréoles sous les bras, traces jaunes ou blanches, mauvaises odeurs : les effets de la transpiration se font plus présents en période de chaleur. Pour y remédier, de nombreuses solutions sont disponibles sur notre pharmacie en ligne. Déodorant, anti-transpirant, pierre d’Alun, acide borique, talc…, il ne vous reste plus qu’à faire votre choix.

Déodorant et anti-transpirant : quelle différence ?

Pour lutter contre les effets de la transpiration, 2 principaux cosmétiques : le déodorant et l’anti-transpirant.

Le déodorant lutte contre les bactéries et masque les mauvaises odeurs sans agir sur l’écoulement de sueur. Il est composé de parfums, de bactéricides (alcool, pierre d’Alun) et parfois d’agents absorbeurs de transpiration (talc).

L’anti-transpirant combat les bactéries et les mauvaises odeurs comme le déodorant. Mais il contient également des sels d’aluminium qui permettent de resserrer les pores de la peau. Le flux de transpiration est réduit, les traces jaunes sur les vêtements sont moins fréquentes. L’utilisation d’un anti-transpirant est recommandée en cas de transpiration excessive ouhyperhidrose.

Spray, stick, roll-on (bille), crème ou lingettes : il ne vous reste plus qu’à choisir !

Avec ou sans alcool ?

Les cosmétiques contre la transpiration existent avec ou sans alcool. L’alcool est utilisé pour ses propriétés antiseptiques, son rôle de conservateur et parce qu’il facilite le séchage du produit. Toutefois, il peut s’avérer irritant sur une peau sensible ou après une épilation des aisselles.

 

Une solution naturelle : la pierre d’Alun

Actif 100% naturel, la pierre d’Alun possède également des propriétés anti-transpirantes. Légèrement humidifiée, elle laisse une couche saline sur la peau, qui combat les bactéries responsables des mauvaises odeurs et limite la sudation sans boucher les pores. Elle est également efficace contre les irritations et les boutons après rasage.

 

La transpiration des pieds

Les pieds sont la zone la plus sujette à la transpiration en raison du nombre de glandes sudoripares qui s’y trouvent.

Pour limiter la transpiration, voici quelques astuces :

  • saupoudrer vos pieds de talc,
  • mettre de l’acide borique dans vos chaussures,
  • utiliser des cosmétiques spécifiques : crème anti-transpirante, sels de bain…

Et en cas de transpiration excessive des mains et des pieds, pensez à la ionophorèse, technique basée sur la pénétration d’ions via des courants électriques.

Hygiène intime : nos recommandations

Hygiène intime : nos recommandations

Constituée d’une multitude de bactéries, la flore intime forme une barrière protectrice contre les infections (mycoses par exemple). Mais son équilibre est fragile, notamment perturbé par les variations hormonales (puberté, grossesse, ménopause) et la prise de certains médicaments. Une bonne hygiène intime est nécessaire pour limiter les risques d’infection. Voici nos conseils.

 

Une toilette intime minutieuse

Pour une bonne hygiène intime, une à deux toilettes par jour suffisent. En effet, l’excès comme le manque d’hygiène peut perturber l’équilibre de la flore intime et favoriser les infections.

Effectuez seulement une toilette externe (vulve, lèvres, clitoris) et bannissez les douches vaginales, qui détruisent la flore et sont inutiles puisque le vagin est auto-nettoyant. La toilette intime s’effectue à mains nues et d’avant en arrière pour ne pas déplacer les germes de l’anus vers le vagin. Surtout, n’utilisez pas de gants de toilette, ce sont de véritables nids à bactéries. De la même manière, pas question d’employer votre gel douche habituel, trop agressif pour l’intimité. Vous devez choisir un soin spécifique au pH physiologique, adapté à un usage quotidien. Rincez abondamment et séchez votre peau minutieusement pour éliminer toute trace d’humidité, propice à la prolifération des bactéries. Pensez également à changer votre serviette de toilette tous les 2 ou 3 jours.

Lors des déplacements, emmenez des lingettes intimes, sans alcool, ni parfum pour ne pas assécher les muqueuses. Attention : les lingettes sont une solution pratique mais doivent être utilisées de manière ponctuelle.

Des sous-vêtements adaptés

Pour préserver votre flore intime, il est recommandé de changer de sous-vêtements tous les jours. Portez des culottes plutôt que des strings et privilégiez les matières naturelles (coton, soie) à la place du synthétique, favorable aux frottements, à la macération et donc à la formation de mycoses. La nuit, l’idéal est de ne porter aucun sous-vêtement pour « laisser respirer » votre intimité. De même, évitez les vêtements trop serrés, propices aux irritations. Pour éradiquer les bactéries et germes résistants, lavez vos sous-vêtements séparément et à 60°C ou plus.

Précautions particulières

La période des règles est particulièrement propice aux infections. Pour les éviter, changez vos serviettes hygiéniques régulièrement et ne gardez pas votre tampon plus de 4 à 6 heures. En cas de pertes blanches, pensez à changer votre protège-slip dès qu’il est humide. Et évitez les rapports sexuels ! Il est également conseillé d’employer de temps en temps des tampons probiotiques (Florgynal) pour rééquilibrer la flore vaginale. Des probiotiques par voie orale peuvent également être utilisés en cure (Léro FloreFemibion intimeOrogyn).

 

Une bonne hygiène intime réduit considérablement le risque d’infections. Mais une infection vaginale n’est pas forcément synonyme de mauvaise hygiène, elle peut être liée à un traitement antibiotique, un gros coup de fatigue, une contamination indirecte… Si vous soupçonnez une infection, rendez-vous chez votre gynécologue pour confirmer le diagnostic et obtenir un traitement adapté.